lucasmatichard-home-015-1

Le son des montagnes

Appuyer sur play pour entendre le son, attention veuillez régler vos enceintes au minimum, risque de perte d'audition.

L’ascension arrive à son terme, les pieds se font lourd, les jambes tirent. Pourtant c’est avec sérénité que s’entame la dernière partie de l’escalade, le paysage des sommets infusant dans la fatigue calme et apaisement.

Cependant c’est un panorama inattendu qui se déroule devant nos yeux, transfiguré par des couleurs lessivées, des roches en écho, des lignes pastels lacérant les reliefs, des ciels d’aurore boréale irréels. Les montagnes se métamorphosent en paysage psychédélique, paradis artificiel où les hallucinations donnent à voir la distorsion des sommets, se retrouvant ici comme fragmentés, fantasmés.

Les photographies offrent un paysage inédit auquel est joint une bande son, produit de cette transformation. Les montagnes font donc du bruit, imperceptible souffle, infimes froissements et entrechoques des plaques terrestres indécelables à l’oreille humaine. C’est le bruit du silence alpin que l’on nous propose ici d’écouter Celui-ci atteste d’une présence et nous laissent ainsi penser que les montagnes sont bien vivantes, vie difficilement concevable pour l’homme car évoluant dans une temporalité parallèle, supérieure, trop lointaine.

Cette bande son électronique de la nature semble sortir tout droit des profondeurs - grincements, vrombissements, échos - et se révèle angoissante, oppressante. Ces râles, nous ne voulons pas les entendre du fait de leurs caractères incontrôlables pour l’être humain, annonciateurs de catastrophes, séismes et vagues destructrices. Pourtant, grâce à sa nouvelle géographie et à l’élaboration d’une « mélodie » de la nature fantasmée, Lucas Matichard nous force à apprivoiser cette vie du sous-sol terrestre, cette immobilité trompeuse, et à accepter qu’un pan de la nature nous échappe encore.

FR / EN